Tournures de l’histoire

Regard sur le passé et le futur à Québec

Le Monastère des Augustines

The Monastery of the Augustines

Comment préserver le passé tout en évoluant avec le temps? À Québec, ville célèbre pour ses fortifications et son pittoresque centre, la question est délicate. Il n’est pas aisé de répondre aux besoins et idéaux d’une population moderne tout en honorant la riche histoire de l’endroit. Or, c’est exactement ce que fait le Monastère des Augustines, couvent datant de près de 400 ans devenu hôtel-boutique de mieux-être.

Les Augustines font partie de l’étoffe de Québec depuis 1639, lorsque trois religieuses arrivèrent de France pour établir le premier hôpital au nord du Mexique (l’Hôtel-Dieu de Québec), que l’ordre géra durant plus de trois siècles.

À l’ombre de leur cloître, soignant quantité de patients, les religieuses faisaient partie intégrante de l’expansion de la ville. Cependant, ces dernières années, elles durent faire face à la rude réalité de leur existence : aucune nouvelle postulante et une communauté vieillissante dont la capacité de maintenir le couvent historique, adjacent à l’hôpital, dimi-nuait d’année en année. En retour, elles eurent la bonne idée de réinventer leur demeure, créant un espace où les invités, sans distinction de culture ou de religion, peuvent apprécier l’héritage et les traditions des Augustines, tout en prenant soin de leur propre bien-être.

 

Photo by Virginie Gosselin

 

Ouvert en 2015 et géré en tant qu’organisme sans but lucratif avec mission sociale, l’hôtel compte 65 chambres divisées en deux catégories, c’est-à-dire les chambres « contemporaines » avec salle de bain privée, lit king ou queen ou deux lits jumeaux, et les chambres « authentiques », d’anciennes cellules transformées avec un ou deux lits jumeaux et salle de bain commune à l’étage. (Les religieuses se sont installées dans une autre aile de l’édifice, fermée aux invités, et on risque d’en rencontrer certaines dans les corridors vaquant à leurs activités.)

 

Monastereauthenticroom

Une ancienne cellule transformée au Monatère des Augustines

 

Le décor au Monastère des Augustines est minimaliste et évoque plutôt la détente que la stimulation; de simples murs blancs ponctués d’éléments structuraux en bois ou en pierre ainsi que des accessoires faits à la main localement comme les magnifiques courtepointes de couleur. Si possible, le mobilier, l’art et les reliques des religieuses sont utilisés ou mis en montre, renouant les visiteurs avec le passé. Les corridors sont ornés des portraits religieux du célèbre peintre québécois Antoine Plamondon, et des anciennes chaises berçantes en bois se trouvent dans les salles de réunion.

 

boutique d’apothicaire, photo par Virginie Gosselin

 

Situé à l’intérieur des limites de la Vieille capitale, le Monastère est la base parfaite pour visiter le reste de la ville. Cependant, comme il se trouve directement derrière les murs de pierre de son propre couvent, c’est un lieu de retraite qu’on ne doit pas et ne voudrait peut-être pas quitter. Vous commencez la journée par une séance de respiration et de mouvement, suivi d’un bon petit-déjeuner pris en silence avec d’autres invités, puis une séance de réflexologie le matin ou une consultation en santé globale. Après le déjeuner (cette fois-ci on peut parler et aussi rencontrer le personnel de l’Hôtel-Dieu de Québec qui se trouve à côté venu profiter d’une cuisine santé), visitez le musée sur place où quelque 40 000 artéfacts en montre dans plusieurs salles et corridors du rez-de-chaussée racontent l’histoire de presque 400 ans de soins de santé canadiens. Enfin ouvrez-vous l’appétit avec une séance de qi gong, yoga ou Pilates avant le dîner qui bien sûr peut s’accompagner d’une bonne bière artisanale de la ville.

Hôtel-Musée Premières Nations

On peut tracer nombre de parallèles entre le Monastère des Augustines et l’Hôtel-Musée Premières Nations de Wendake, communauté huronne-wendat située à l’extérieur de la ville de Québec. Depuis son ouverture en 2008, celui-ci est devenu le point de mire du tourisme wendat, proposant aux invités d’explorer l’histoire de la nation huronne-wendat tout en découvrant sa culture moderne. Le décor comprend des motifs autochtones, et le restaurant La Traite, situé au rez-de-chaussée et surplombant la rivière Akiawenrahk (Saint-Charles), sert des plats raffinés faits à partir d’ingrédients locaux et trouvés dans la nature comme le gibier, les baies de l’argousier et le sirop de bouleau.

 

hall de Hôtel-Musée Premières Nations, photo par Virginie Gosselin

 

Les visiteurs peuvent aller au musée huron-wendat pour un aperçu du patrimoine de cette nation, incluant leurs habilités à faire des raquettes et canoës traditionnels. Au programme du soir : écouter des histoires ou même dormir dans une maison longue en bois, à quelques pas de l’édifice principal, pour entendre non pas les légendes traditionnelles, mais aussi la morale de ces histoires. (Clin d’œil à la technologie moderne, le foyer de la maison longue fonctionne au gaz naturel.)

 

maison longue, photo par Virginie Gosselin

 

Un peu plus loin, des sentiers de randonnée mènent les voyageurs depuis les sites historiques aux boutiques d’artisanat et à la pittoresque chute Kabir-Kouba. L’hôtel s’occupe aussi d’activités saisonnières comme la raquette, la pêche ou le canoë ou la présence au Pow Wow annuel de Wendake le dernier week-end de juin.

Dominic Ste-Marie, guide du musée, apprécie le fait de partager les traditions et histoires de son peuple avec les visi-teurs de toutes les cultures. Ce sont cependant les débouchés économiques et sociaux de l’Hôtel-Musée qu’il estime plus importants; le complexe n’est pas seulement une source de revenus, c’est aussi une source de fierté pour la communauté. « Nous ne sommes pas tournés vers le passé, dit-il en décrivant l’impact du tourisme sur sa nation, mais vers l’avenir. »

 

L’histoire en action

House of our ancestors

Maison de nos Aïeux

La riche histoire de Québec rend plusieurs voyages possibles;  essayez-en un de ces trois :

En plus des expositions, le site archéologique l’Îlot des Palais comprend des caches virtuelles et des géorallys avec GPS (visite sans guide inspirée du géocachette) sur les thèmes historiques de l’art, des prisons et de la bière, se terminant par une vraie bière à La Barberie, brasserie locale.

Île d’Orléans, a large island on the St. Lawrence River, is home to several historic sites, including the Maison de nos Aïeux , where cultural objects can be seen in the context of activities (Textile arts or gardening project).

On Île d’Orléans, you can be a naval builder for one day at the Saint-Laurent Marine Park . Improve your ability to tie knots, check your knowledge of various woods and learn how the rowboats were made in the 19th century.

Getting there: WestJet serves Quebec 16 times a week from Toronto and Fort Lauderdale.