Le Skate au Fil du Temps

Pour apprendre les origines du skateboard, vous devez passer du temps à Santa Monica, Venise, West Los Angeles et Fairfax.

West Los Angeles Courthouse Skate Plaza. Photograph by Sam Diephuis.

Dans le numéro de janvier 1978 du magazine SkateBoarder, on peut voir une photo de Tony Alva attrapant le côté de son skate d’une main en survolant la margelle en carrelage de granit de The Dog Bowl, une piscine vide à Santa Monica, en Calif. C’était la première fois que le monde voyait un saut en skateboard. C’est à ce moment-là que le skate est sorti de l’ombre du surf, comme le décrit le documentaire Dogtown and Z-Boys, sorti en 2001. Avec son approche rebelle de « surf de trottoir », les skaters de Dogtown ont contribué à faire de ce sport une industrie de 1,9 G $ US qui fera son entrée Olympiques de Tokyo 2020. Dogtown, un ensemble de quartiers de la région de Los Angeles, reste au coeur de la culture skate.

Photograph par Sam Diephuis.


Santa Monica

Photograph par Sam Diephuis.

Commencez là où tout a commencé. On trouvait près du 2000, Main Street, à l’ancienne boutique Jeff Ho Surfboards and Zephyr Productions, tous les essentiels de Dogtown. C’est là que les planchistes Jeff Ho, Skip Engblom (joué par Heath Ledger dans le film Les Seigneurs de Dogtown) et Craig Stecyk ont fait connaître le skateboard. La boutique a fermé fin 70, l’édifice a été classé monument historique en 2007, et le Dogtown Coffee a ouvert ses portes au 2003 Main St. en 2012. Arrêtez déjeuner et boire un café avant de vous plonger dans l’histoire des Z-Boys. Rassasié et renseigné, rendez-vous à quelques rues au sud à ZJ Boarding House, une des plus grandes boutiques de surf et de skate de Santa Monica.

Bicknell Hill, une pente qui descend vers le Pacifique, est un terrain sacré pour les planchistes. Photograph par Sam Diephuis.

Les vrais planchistes ne badinent pas avec le skate. Les locations sont rares ici. Si vous êtes prêt à l’essayer, achetez une planche, des accessoires de protection et un casque (et des beaux Vans tout neufs) à ZJ’s avant de vous rendre à Bicknell Hill, une petite pente descendant vers un stationnement près de la plage. Cette pente est sacrée pour les planchistes, car c’est là qu’a été prise la photo emblématique de Jay Adams de l’affiche du documentaire Dogtown and Z-Boys. Si vous vous sentez prêt, invoquez votre Jay intérieur et faites quelques descentes. Si vous êtes débutant, allez plutôt sur la piste cyclable de la plage et roulez sur un terrain plus plat. Si vos amis veulent se joindre à vous sans faire de skate, Perry’s Cafe and Beach Rentals loue des vélos. Pour vivre une expérience authentique de Z-Boy, vous pourriez essayer le surf à l’ancien quai Pacific Ocean Park ou en bas de Bay Street, un lieu prisé par les Dogtownais.

Venice

Photograph par Donna Irene.

Au sud de Santa Monica, Venice était connue historiquement pour être un quartier plus dur que le nord du territoire de Dogtown. Les Dogtownais classaient parfois leur authenticité en comparant s’ils vivaient plus au nord ou au sud, Venice étant le plus « vrai des vrais ».

Photograph par Sam Diephuis.

Durant les années 80, le skate connaît un engouement mondial avec l’arrivée d’une nouvelle passe : le ollie sur terrain plat (un saut dans les airs sans attraper sa planche), de la demi-lune en bois et de la rampe de lancement. Ce deuxième boum (tel que décrit dans le film Skate Gang avec Josh Brolin en 1986) était centré sur le Venice Pavilion, recouvert de graffitis, et ses deux ou trois rampes de fortune. D’autres Dogtownais de deuxième génération menaient le bal comme Christian Hosoi, Eric Dressen et Natas Kaupas.

Venice est l’endroit où de nombreux éléments de la planche à roulettes moderne ont été lancés dans les années 1980. Photograph par Sam Diephuis.

Kaupas a amené le ollie sur terrain plat (la pierre d’assise du skate moderne) dans les rues et certains le considèrent comme le premier à avoir glissé sur une main courante et grimpé sur un mur. Tout cela s’est produit à Venice ou au sud de Santa Monica, et c’est donc l’endroit idéal pour apprendre à faire un « ollie », un « railslide » ou un « wallride ».

Venice Beach Boardwalk. Photograph par Sam Diephuis.

Contrairement à Santa Monica, si vous devez louer une planche, il y a de nombreuses options au Venice Beach Boardwalk, comme Jay’s Rentals, à côté de Zephyr Court. Il ne manque pas de restos dans le quartier, mais The Sidewalk Café vous offrira une belle vue sur le planchodrome et l’occasion de regarder les passants déambuler sur la promenade.

Photograph par Sam Diephuis.

Il existe maintenant un immense terrain de skate de 4 875 m2 à l’endroit précis où se trouvaient les rampes du pavillon en 1980. Regardez les gens de la place faire des passes et tentez votre chance dans les deux bols du parc, la skate run et la section urbaine avec vue sur l’océan Pacifique. Assurez-vous de rester assez longtemps pour admirer le coucher de soleil majestueux du jour.

Photograph par Sam Diephuis.

West Los Angeles

Cafe 50’s. Photograph par Sam Diephuis.

Dans les années 80 et 90, la pratique de la planche à roulettes gagne du terrain et s’éloigne de la côte, quittant la culture surf pour devenir une activité urbaine. Ce faisant, on délaisse les sauts dans les piscines et sur les rampes, et on devient plus enclin à faire glisser sa planche ou ses fixations sur le mobilier urbain : le « skate de rue ».

Photograph par Sam Diephuis.

Passez la journée à Santa Monica Boulevard (alias la Route 66) à West Los Angeles et faites le survol de plusieurs décennies d’évolution du skate. Offrez-vous un gros déjeuner bien gras au Cafe 50’s, un resto thématique sur les années 50 près de Barry Avenue, avant d’aller au Rip City Skates. Ouvert en 1978, Rip City est devenu le magasin préféré des planchistes après la fermeture du Zephyr. Après plus de 40 ans en affaires, il ressemble plus à une église ou à un musée qu’à une boutique de skate.

Photograph par Sam Diephuis.

Finalement, faites de la planche à roulettes à LA Courthouse Skate Plaza, où le skate de rue des années 90 est à l’honneur, comme dans le film Été 95 de Jonah Hill, sorti en 2018. Toute la place a été désignée comme skate park en 2014; vous pourrez donc y faire du skate de rue sans être arrêté ni avoir de contravention, ce qui est certainement arrivé aux planchistes qui y roulaient avant 2014. À quelques rues au sud-ouest se trouve Stoner Skate Plaza, considéré comme l’un des meilleurs parcs au monde, avec des obstacles pour tous les niveaux.

Fairfax

Les visiteurs de la région peuvent essayer de prendre un peu d’air au North Hollywood Skate Park.
Photograph par Sam Diephuis.

Les Dogtownais se tenaient à Hollywood, dans les bars et les clubs de Sunset Strip, mais ce n’est qu’au début du siècle que les planchistes ont installé leurs pénates dans le quartier Mid- City. Une interdiction à West LA Courthouse, combinée aux rénovations du Venice Pavilion, ont entraîné leur déplacement vers les avenues Fairfax et Melrose.

En 2004, la très influente boutique newyorkaise Supreme a ouvert une deuxième boutique au 439, N. Fairfax Ave., avec un bol en bois intérieur. Mais la culture skate de Dogtown s’était déjà déplacée vers New York, et, de retour, elle présentait quelques ajouts culturels acquis en chemin. Quelques mois après son ouverture, Supreme était devenue le nouvel épicentre de la culture skate de la ville. D’autres boutiques de skate ont rapidement ouvert tout près.

Canter’s Deli. Photograph par Sam Diephuis.

Visitez le légendaire Canter’s Deli sur Fairfax et commandez le Matt’s Special, un sandwich à la dinde rôtie avec fromage Muenster sur pain aux oeufs hallah avant de monter la rue vers le Supreme pour voir la culture skate de 2020 dans toute sa splendeur. Pour monter sur un skate, vous pouvez toujours demander aux habitués de vous laisser essayer le leur dans le bol du Supreme… Bonne chance avec ça. Pour rouler, allez plutôt à North Hollywood Skate Plaza ou à La Fayette Skate Plaza dans le quartier Mid-Wilshire.

Photograph par Sam Diephuis.


Quatre Skateparks À Essayer

Photograph par Steve Collins.

Livingston Skatepark, Livingston, Écosse

De renommée internationale, le Livingston Skatepark, à environ une heure de route à l’ouest d’Édimbourg, a ouvert en 1981 et s’est agrandi dans les années 1990 et 2010. L’entrée est gratuite et il comprend une demi-lune, une lune, des bols et des croupes.

skateparks.skateboardscotland.com

Black Pearl Skate Park, Grand Harbour, îles Caïmans

L’un des plus grands du monde, d’une superficie de plus de 4 800 m2, ce parc de planche à roulettes comprend des quarts de lune, des demi-lunes, des rampes, des escaliers et des bols. le légendaire Tony Hawk l’ouvrit en 2005.

blackpearl.ky

Vancouver Skate Park, Vancouver, Colombie britannique

Au coin des rues Quebec et Union sous les viaducs Georgia et Dunsmuir, ce parc urbain possède des barres, des rampes, des marches et des blocs. En été, il y a même un MC qui vient pendant quelques heures plusieurs fois par semaine.

vancouver.ca

Burnside Skatepark, Portland, Oregon

Construit par des planchistes à l’est de la rivière Willamette sous le pont Burnside sans l’autorisation de la ville, ce parc a été adopté depuis par la communauté et est devenu l’une des meilleures installations de planche à roulettes du monde entier.

skateoregon.com/Burnside

Cet article a été rédigé en anglais et traduit en français.