Deux façons d’aimer l’hiver

Comment profiter des mois les plus froids de l’année.

Photo par Chris Amat et Simone Sleeuw.

L’hiver est une saison polarisante : certains profitent du temps neigeux pour siroter un chocolat chaud auprès du feu, a;ors que d’autres rêvent d’être étendus sur une plage ensoleillée à écouter le bruit des vagues. Si l’anglais n’a pas de mot pour décrire précisément ces deux expériences, nos amis scandinaves et caribéens ont trouvé les termes parfaits, à savoir hygge et lime. Explorons ensemble ce que veulent dire ces mots et comment et où l’on peut en faire l’expérience.


Profiter de l’hiver

HYGGE : Ce terme danois exprime un sentiment de contentement, de confort et de sécurité. On se sent au chaud et à l’abri. L’hiver est la période parfaite pour être en mode hygge avec la famille et les amis.

Nous avons découvert le mode hygge, loin de chez nous, dans l’Ouest canadien. Pourtant cela avait mal commencé lorsque nous étions sur la route.

« … Il semble que l’autoroute soit bloquée pour au moins encore dix kilomètres », avertissait la radio.

Jetant un coup d’œil à mon mari et à mes trois enfants (de 12, 15 et 22 ans), j’ai soupiré. Arrivés à l’aéroport de Calgary quelques heures plus tôt, nous étions en route vers Panorama Mountain Resort en C.-B. pour rendre visite à notre fils de 20 ans, qui y travaillait. Nous nous réjouissions de le retrouver après une séparation de six mois.

Photo par Chris Amat.

La neige avait redoublé d’inten-sité dans les Rocheuses en passant de l’Alberta vers la C.-B. et notre route venait juste d’être fermée. Ça n’allait pas être possible. Attristés par ce retard, nous avons vite décidé de rester au Emerald Lake Lodge, non loin de l’endroit où la tempête nous avait arrêtés.

Nous avons été récompensés : chambres de style chalet, douillettes et accueillantes, et un pavillon principal rempli de jeux de société. Les bancs de neige qui s’élevaient au-dessus de nos têtes sur le chemin du pavillon formaient une sorte de tunnel secret. Installés dans des fauteuils en cuir autour d’un feu crépitant, nous avons joué à tous les jeux possibles : Monopoly, Risk et Carrière, et appelé notre fils pour le rassurer que nous arri-verions le lendemain.

Photo par Chris Amat.

Un sentiment s’est emparé de nous : nous étions en mode hygge, même si nous ne connaissions pas encore ce mot. Voyager en hiver comporte des défis, particulièrement au Canada. La plupart de mes amis canadiens sont ravis à l’idée d’une tempête : on peut se pelotonner en famille ou entre amis, raconter des histoires ou des blagues usées à la corde et manger des plats réconfortants.

Nous sommes arrivés chez notre fils le lendemain et avons passé une semaine merveilleuse. Les enfants parlent encore de notre soirée au Emerald Lake Lodge et de la chance qu’on a eue de trouver cet endroit accueillant. Le mode hygge est partout; vous le reconnaîtrez quand vous le sentirez.—K.B.

Trois destinations incitant au mode hygge

Photo par Chris Amat.

Blue Mountain Resort, Collingwood (Ontario) 

Explorez les forêts enneigées lors d’une excursion guidée en raquettes avec Columbia Sports au Blue Mountain Village. Réchauffez-vous près du foyer chez Oliver & Bonacini Café Grill à Westin Trillium House.

bluemountain.ca

Le Delta Bessborough Hotel, Saskatoon (Saskatchewan)

Au sud de la rivière Saskatchewan, l’hôtel Bessborough s’élève tel un château surplombant la ville. Faites un tour sur le sentier enneigé longeant la rivière et réchauffez-vous avec un cocktail et des hors-d’œuvre dans le hall de l’hôtel.

marriott.com

Mont-Sainte-Anne, Mont-Sainte-Anne (Québec)

Photo par Etienne Dionne.

À 50 km de la ville de Québec, cette station de ski est un classique. Les enfants raffoleront des sucettes de tire d’érable roulées sur la neige et vous adorerez l’après-ski au coin du feu après une journée sur les pentes.

mont-sainte-anne.com


Se sauver de l’hiver

LIME : L’art de se détendre en bonne compagnie, en savourant des bouchées et des consommations sans se soucier de l’heure qu’il est. La structure est mal vue, contrairement aux longues histoires sans but racontées pour divertir.

Photo par Hero Images/The Cove Eleuthera.

Le fait que j’essaie de comprendre ce que veut dire lime fait partie du problème. Cela devrait être naturel, sans effort, comme on attache ses lacets ou on fait du vélo. C’est difficile pour nous les Canadiens parce que l’idée de ne rien faire nous est aussi étrangère qu’un match de cricket ou une nuit entière de fête. Rien : sans médias sociaux, sans livre et sans itinéraire de vacances.

Le terme lime provient peut-être des soldats britanniques, mais c’est à Trinité-et-Tabago qu’il est devenu célèbre. Il s’est répandu dans les Caraïbes, et même ici, à The Lodge at Jaguar Reef au Bélize, où on y trouve les maîtres. La suite à deux lits a vue sur la piscine, et dès notre arrivée, nous voyons des familles à l’accent caribéen sous un palapa. Lentement, sans effort, pendant que leurs enfants pataugent dans trois pieds d’eau, ils commencent le procédé.

D’abord, deux hommes s’assoient dans des fauteuils Muskoka à l’ombre du palapa. Puis, deux autres les rejoignent avec des bières froides et une grosse bouteille de rhum blanc. Leur langage corporel parle autant que leur ton qui monte. Ils racontent des histoires. Aucune carte ni domino en vue, mais le reggae jamaïcain fait bientôt son apparition par un mini haut-parleur apporté par une des trois femmes. Le garçon de piscine apporte plus de chaises. La scène ne change pas beaucoup au cours des trois heures suivantes. Des bribes de conversation et des éclats de rire se rendent jusqu’à notre patio. Juste après le coucher du soleil, ils repartent à la maison avec leurs enfants qui ont besoin d’un bain et de nourriture plus consistante que les croustilles de plantain.

Photo par Simone Sleeuw.

J’observe le même genre de scène dans un repaire de la ville rempli de gens qui commandent des verres en créole.  « Payez un rhum à quelqu’un et vous aurez droit à une histoire », m’affirme le chauffeur de taxi quand je lui demande si les voyageurs sont les bienvenus.

Mes tentatives de lime ne se font pas sans heurt puisque ma nature ne disparaît pas en quelques heures, pourtant nous faisons des progrès. Hier, nous nous sommes étendus sur un lit en filet surplombant l’océan, j’ai pensé en m’allongeant et en leur offrant mes pensées éparses. Nous avons réussi à nous détendre, mais il me faudrait passer quelques jours de plus au paradis pour per-fectionner cet art.

Trois endroits pour parfaire son lime

Newstead Belmont Hills Golf Resort & Spa, Bermudes 

Photo par Blú Bar Grill.

Mangez des sushis en regardant le soleil se coucher sur le port Hamilton au Blú Bar & Grill. Étendez-vous ensuite dans un des hamacs de l’hôtel pour discuter jusque tard dans la nuit.

newsteadbelmonthills.com

The Cove, Eleuthera, Bahamas 

Une journée ou une demi-journée sur le yacht de huit mètres de l’hôtel vous permettra de paresser avec huit autres invités, et de pêcher, faire de la plongée avec masque et tuba et nager avec des cochons.

thecoveeleuthera.com

Curtain Bluff Resort, Antigua

Photo par Curtain Bluff Resort.

Étendez-vous dans une des cabanas avec lit de plage et goûtez les fruits frais et les douceurs glacées offerts par les concierges. Ne manquez pas le cocktail party hebdomadaire de la matriarche de l’hôtel, Chelle Hulford.

curtainbluff.com


Cet article a été rédigé en anglais et traduit en français.