Circuit des Stades

Les 30 stades de la Ligue majeure de baseball reflètent les villes où ils se trouvent. Ils ont évolué et se sont transformés de structures de forme bizarre en monuments modernes. En voici quelques-uns que vous devez visiter.

Chase Field. Illustration by Hifu Miyo.

L’équipe de rêve

Nous avons dressé une liste des vétérans des stades de la Ligue pour découvrir pourquoi la visite vaut le prix d’entrée.

Ron Selter

Historien du baseball et auteur de Ballparks of the Deadball Era, publié en 2008.

Russ Tiffin

Amateur passionné ayant visité les 30 stades de la Ligue et illustré ses voyages à @mlb.stadiums.tour.

Ben Wagner

Annonceur radio en direct des Blue Jays de Toronto depuis 2018, il a visité un certain nombre des stades de la Ligue.


Chase Field
Phoenix, Arizona

Grâce à son toit rétractable, le stade climatisé des Diamondbacks d’Arizona protège les spectateurs contre la chaleur du désert et a la réputation de très bien s’occuper des supporteurs. « Chase Field est l’un des premiers stades de baseball qui m’a interpellé », dit Wagner au sujet du stade de Phoenix qui a ouvert en 1998. « Il faut avoir du plaisir, et les Diamondbacks ont compris cela très, très tôt. »

Prenons la piscine près du champ centre droit. « Les spectateurs peuvent faire un circuit aquatique », explique Tiffin. On peut en effet se baigner entre les demi-manches, prendre des photos avec les Legends Racers (quatre mascottes de joueurs célèbres), et la visite dépasse le cadre des neuf manches du match. « On vit une expérience vraiment inclusive », affirme Wagner. « C’est le but : divertir les spectateurs, en plus de jouer au baseball. »

  • Chase Field fut le premier stade à toit rétractable avec du gazon à l’arrièrechamp, synthétique depuis 2019.
  • Louez la suite de la piscine avec 42 billets, de la nourriture et des serviettes, à partir de 6 700 $ US.
  • Restez assis après la neuvième manche pour ne pas manquer la course des Legends Racers autour du terrain.

Rogers Centre
Toronto, Ontario

Rogers Centre. Illustration par Hifu Miyo.

Les Blue Jays de Toronto, la seule équipe canadienne de la Ligue majeure, jouent depuis 1989 au Rogers Centre, qui s’appelait alors le SkyDome. On le reconnaît tout de suite à son toit rétractable et son emplacement au centreville. « C’est un très bel ajout », dit Tiffin. « On a vraiment l’expérience d’une partie de baseball quand le toit est ouvert. » Il suggère de visiter le stade quand il fait beau pour profiter du plein air et de la vue d’une structure aussi emblématique. « La tour du CN est juste à côté. Il n’y a pas de monument aussi géant dans tous les stades. Il jette son ombre sur tout le terrain. »

C’est devenu la norme de bâtir un stade au centre-ville, mais Selter précise que le Rogers Centre, situé dans le quartier des spectacles, représente un phénomène relativement nouveau. « Avant, on construisait les terrains de baseball là où il y avait de la place. »

  • Passez la nuit dans l’une des 70 chambres du Marriott du centre-ville avec vue sur le stade, à compter de 325 $.
  • Le toit rétractable du Rogers Centre était le premier en son genre à l’ouverture en 1989.
  • Le nom SkyDome vient d’un concours en 1987. Le gagnant reçut des laissezpasser à vie pour tous les événements.

Oracle Park
San Francisco, Californie

Oracle Park. Illustration par Hifu Miyo.

Oracle Park fit sensation quand il fut inauguré en 2000 sous le nom Pacific Bell Park. Situé à côté de la baie de San Francisco, le stade des Giants de San Francisco offre des vues époustouflantes. « Rien ne se compare à la vue ou au stade de San Francisco », dit Wagner. « En montant dans les gradins, on peut admirer l’une des vues les plus spectaculaires qui soit, non seulement pour un amateur de baseball, mais également pour un touriste. »

La baie joue aussi un rôle dans la partie. McCovey Cove, un nom officieux qui rend hommage au cogneur légendaire Willie McCovey, s’étend juste derrière le mur du champ droit. Les pagayeurs s’y rendent dans l’espoir d’attraper la rare balle d’un coup de circuit envoyé en dehors du parc, jusque dans la baie (appelé splash hit). « Le fait que des kayakistes essaient d’attraper les balles attire des gens au stade. C’est l’endroit parfait », dit Tiffin.

  • Les Giants de San Francisco comptaient 81 splash hits à Oracle Park à la fin de la saison 2019.
  • La bouteille de Coca-Cola de 15 m de hauteur abrite quatre toboggans pour les amateurs de 14 ans et moins.
  • Les Rollings Stones se sont produits à Oracle Park, et Kanye West y a demandé la main de Kim Kardashian en 2013.

Yankee Stadium
Bronx, New York

Yankee Stadium. Illustration par Hifu Miyo.

À un coin de rue du premier stade de l’équipe, le Yankee Stadium, inauguré en 2009, rend hommage à son ancêtre légendaire, en fonction pendant plus de 85 ans. « Le Yankee Stadium tente de donner une allure moderne à l’ancien stade de 1923 », explique Selter. De la frise qui orne le haut de la plateforme supérieure à l’extérieur composé de colonnes et d’arcs imposants en calcaire blanc, l’architecture évoque l’ancienne structure. À l’intérieur, le musée des Yankees de New York expose des souvenirs des grands joueurs (Bronx Bombers) ainsi que de l’histoire des Yankees de New York.

« Une fois sur place, on sait exactement où on est », dit Wagner de la conception emblématique du Yankee Stadium. « Ils ont vraiment réussi à marier l’allure classique à toutes les commodités modernes pour les joueurs et les spectateurs. »

  • C’est le légendaire Yogi Berra qui donna le traditionnel coup d’envoi pour inaugurer la première saison en 2009.
  • Une plaque marque le site de l’ancien Ebbets Field, où jouait Jackie Robinson, au 1720 Bedford Ave. à Brooklyn.
  • Les Yankees ne sont pas la seule équipe en ville. Les Mets de New York jouent à Citi Field dans Queens.

Truist Park
Atlanta, Géorgie

Truist Park. Illustration par Hifu Miyo.

Le plus récent stade de la Ligue a remporté un franc succès auprès des spectateurs grâce à son architecture qui combine des éléments classiques et modernes des stades de baseball. Inauguré en 2017, le stade des Braves rehausse l’expérience des mordus et des spectateurs occasionnels. « C’est l’un de mes stades favoris », affirme Tiffin. « Il offre une expérience formidable. »

L’expérience est en partie attribuable à Truist, l’ancre du nouveau quartier Battery Atlanta, qui propose des magasins, des restaurants et un hôtel à quelques pas du stade.

De plus, les gradins méticuleusement dessinés optimisent la ligne visuelle et le hall regorge de mets typiques du sud comme le barbecue et les tacos po’ boy au poisson-chat.

« On ne trouve pas ça dans toutes les régions du pays », fait remarquer Wagner.

  • Les spectateurs à Truist sont protégés contre les éléments par le plus grand auvent de la Ligue.
  • Si vous voulez attraper une fausse balle en souvenir, vous pouvez louer un gant à Mizuno Glove Experience.
  • Truist se targue d’offrir la première tyrolienne et le premier mur d’escalade dans un stade de la Ligue.
Cet article a été rédigé en anglais et traduit en français.