Cent mille bienvenues

La merveilleuse ambiance des pubs de la campagne irlandaise

L’intérieur du Johnnie Fox’s décoré de photos, affiches et enseignes anciennes

ABlue Light Pub, il est 21 h 30, dans les ténèbres enrobées de brume des contreforts des montagnes de Dublin. Assis dans la lueur de la pièce aux murs de pierre, quelques musiciens aux yeux brillants sont déterminés à faire de cette soirée printanière fraîche une nuit douillette remplie de bonhomie rythmée. La plupart des clients, souriants, semblent être installés pour la soirée.

Rien de mieux que l’ambiance d’un pub en Irlande, où on est accueilli par les « cent mille bienvenues ». Alors que beaucoup de touristes ne jurent que par la Guinness dégustée dans le quartier Temple Bar toujours bondé de Dublin, les tavernes campagnardes de l’île d’émeraude sont beaucoup plus magiques pour les véritables voyageurs, surtout quand il y a de la musique traditionnelle au menu. 

« Cela fait des années que je joue ici de temps à autre », nous dit Feargal Chambers, virtuose de la cornemuse irlandaise au ton toux qui se marie bien avec les autres instruments. Au Blue Light, les musiciens jouent de la flute, de l’accordéon et du tambour bodhrán dont le bâton aux deux bouts arrondis bat le rythme contagieux des gigues et de la musique populaire.

Après une randonnée dans les Dublin Mountains, Redmond Behan de Kildare, se réchauffe au Johnnie Fox’s

Après quelques verres de ce nectar d’ébène et de bière artisanale de Four Provinces Brewing Co., les festivités vont bon train alors que Dublin scintille à l’horizon comme une toile de fond étoilée.  « Ce pub a toujours été un superbe endroit de rassemblement pour les gens d’ici et d’ailleurs », ajoute Chambers qui adore jouer des chansons nostalgiques qui donnent les larmes aux yeux.

C’est la fusion de cette convivialité et authenticité du peuple qui poussa Shane O’Donoghue à fonder ses Rural Tours, il y a quelques années. « Lorsque je voyage, j’aime faire ce que font les gens du coin, nous dit-il. Alors, je me suis demandé ce que j’aimerais voir à Dublin. »

La réponse fut de mener des groupes de touristes à de jolis pubs difficiles d’accès. Le bouche à oreille se répandit et maintenant O’Donoghue propose une excursion vers les pubs des montagnes de Dublin et une autre vers ceux de la région plus étendue des montagnes de Wicklow.

« Les bons pubs irlandais vous accueillent chaleureusement dès l’entrée, dit-il, avec un bon divertissement, une bonne sélection de bières locales ou encore une Guinness parfaitement tirée, mais ce sont les gens qui rendent ces pubs si formidables. »

Les Dublin Mountains ne sont pas hautes mais les vues y sont panoramiques

Joey Comeford fait partie de ces gens-là. Il est chorégraphe des sensationnels spectacles de danse du vieux Johnnie Fox’s Pub & Restaurant datant de 219 ans, au village de Glencullen.

« Notre hooley est l’une des plus anciennes danses du coin et rassemble des influences traditionnelles et des années 1970 avec une touche contemporaine », explique-t-il.

Le public peut admirer les danseurs entrer dans le rythme frénétique de style Riverdance sur la petite scène, mais le clou, c’est le pub en lui-même avec son intérieur en forme de labyrinthe et ses salles remplies d’objets de musée, de photos ou d’outils anciens et de bibelots fascinants, comme cette bouteille contenant les cendres d’un client qui ne voulait jamais partir.

Comeford affirme que malgré toute la musique live, les gens ne retiennent que le hooley. « Nous faisons monter le public sur scène et profitons de cette énergie pour faire la fête ensemble », ajoute-t-il.

Le fameux agneau rôti de Wicklow au Glenmalure Lodge

Dans les montagnes de Wicklow, l’énergie est plus relaxe, mais on y est accueilli tout aussi chaleureusement au Glenmalure Lodge, pub de famille datant du 19e siècle avec pignons, niché dans les arbres d’une vallée glaciaire aux innombrables moutons. La Guinness impeccablement versée, le feu de tourbe et le personnel bavard donnent une ambiance agréable, mais c’est la nourriture réconfortante qui nous enthousiasme.

« Nous sommes très fiers de notre menu, dont certains ingrédients ont été élevés dans ces collines, explique Anne Dowling, la proprio. Notre met le plus prisé est sans doute le gigot d’agneau de Wicklow à la sauce à la menthe, ainsi que les steaks de gibier. » Le pub lui-même, empreint de saveur locale, est tout aussi savoureux, si l’on peut dire, surtout en été, lorsque les tables de la terrasse sont les endroits de plein air les plus recherchés du coin.

Dowling affirme que le secret des pubs de la campagne irlandaise n’est pas compliqué. Mais son équipe ne reste jamais sur ses lauriers. « Peu importe d’où les visiteurs viennent, nous voulons qu’ils se sentent bien accueillis et servis. Ils doivent ramener à la maison ce merveilleux souvenir gravé pour longtemps dans leur mémoire. »

S’y rendre: WestJet dessert Dublin une fois par jour au départ de St. John’s à partir du 30 avril.