Oú aller 2018

C’est le moment de planifier un voyage!

Photo par Darien Robertson

Explorez un quartier revitalisé, célébrez un événement marquant, faites une excursion culinaire ou embarquez pour une balade en voiture inoubliable. Voici notre sélection des 10 meilleures. 

Kingston, Jamaïque

Pourquoi y aller? Cette métropole est en pleine renaissance culturelle grâce au mouvement en faveur de la nourriture locale, à d’importants investissements d’infrastructure et un milieu musical de classe mondiale qui l’a fait entrer dans les Villes créatives de l’UNESCO.

Murale de 41 Fleet Street, photo par Darien Robertson

Des chambres du Courtleigh Hotel & Suites à Kingston, on peut admirer le coucher de soleil qui baigne d’or les toits de la ville alors que les Blue Mountains se profilent à l’horizon. On ne s’attend pas à une vue si pittoresque dans cette ville de 660 000 habitants que l’on mentionne plus souvent pour ses crimes que sa beauté.

Mais cela change. La capitale de la Jamaïque n’est plus qu’un simple arrêt vers la plage. Le taux de criminalité a baissé et le nombre visiteurs a augmenté, tout comme les investissements dans l’infrastructure. Un plan de revitalisation du centre-ville vise à réhabiliter les quartiers miséreux et attirer résidents, commerces et touristes.

Les améliorations dureront des années mais elles vont bon train avec des projets communautaires comme Life Yard, une ferme urbaine qui rend hommage à la culture rastafari et favorise le changement social. Un restaurant végétalien de la ferme à la table aurait été incongru il y a quelques années à Parade Gardens, l’un des quartiers les plus durs de la ville. Aujourd’hui, une murale du Lion de Juda accueille les visiteurs, qui peuvent déguster en plein air un pudding à la patate douce ou faire l’une des visites guidées de Life Yard pour voir les murales de 41 Fleet Street de Paint Jamaica, un mouvement d’art de rue axé sur la fierté communautaire et la littératie.

***

La musique a toujours défini la culture à Kingston, et celle-ci a été nommée Ville créative de l’UNESCO dans le domaine de la musique à la fin de 2015 pour souligner le rôle important que les musiques du reggae, du ska, du dance hall et du rocksteady ont joué dans l’identité économique, politique et culturelle de la ville.

Le Peter Tosh Museum est l’un des nombreux endroits rendant hommage aux grands musiciens de Kingston. Membre fondateur des Wailers et artiste solo célèbre, Tosh est une légende du reggae, et le musée célèbre sa vie avec une petite collection de souvenirs musicaux et personnels. Le musée organise aussi des événements spéciaux mettant en vedette des musiciens prometteurs comme Jahzarah Tosh, la petite-fille de Peter.

Pour avoir un aperçu de l’histoire de la musique plus classique de Kingston, ne manquz as de visiter le Bob Marley Museum sur Hope Road. Vous y verrez où la star légendaire du reggae vécut et enregistra ses succès jusqu’à sa mort en 1981. Des disques de platine couvrent les murs mais sa chambre spartiate ne contient que des objets religieux rasta et une guitare. Poursuivez au Trench Town Culture Yard, le site d’un projet d’habitation du gouvernement des années 1940 qui attira des familles pauvres de la campagne à Kingston et donna naissance à certains des musiciens les plus talentueux de l’île, dont Marley, Tosh et Bunny Wailer. De nos jours, la maison où furent composés des classiques du reggae comme No Woman, No Cry est un site protégé du patrimoine national.

***

Les changements dans l’infrastructure qui se manifestent lentement témoignent de l’évolution de Kingston. Les nouveaux développements les plus attendus sont centrés sur le front de mer. La jetée Victoria Pier, inoccupée et inutilisée pendant presque 20 ans, s’est refait une beauté et a rouvert l’année dernière avec des restaurants, des spectacles en plein air et une galerie d’art.

Pas loin de là, le vaste Coronation Market, un mélange fascinant de marché fermier, marché aux puces et d’aire de restauration, est sur la liste des lieux à restaurer. Débordant de colporteurs de poisson frais, d’herbes médicinales et de fruits tropicaux, le marché est entouré par des bâtiments du 19e siècle, dont un bon nombre sont parés de treillis victorien, fané et en ruine. On prévoit les restaurer pour leur redonner leur majesté d’antan et améliorer les installations des vendeurs tout en conservant l’esprit dynamique du quartier, un signe encourageant du potentiel du centre-ville. —Michele Peterson

Sentier gastronomique Blue Mountain

Les Blue et John Crow Mountains sont un site du patrimoine mondial de l’UNESCO pour leur riche histoire et biodiversité. On y trouve le sentier gastronomique dont voici les meilleurs endroits.

Cafe Blue

Goûtez-y le fameux café java Blue Mountain, produit dans le domaine du Cafe Blue, pour accompagner le gâteau au fromage à l’Espresso ou Cappucino ou le pouding au pain jamaïcain.

Strawberry Hill Resort

Réservez votre table pour le brunch du dimanche dans cette villégiature de luxe appartenant à Chris Blackwell, fondateur des Island Records. Panorama venteux sur Kingston et la piscine miroir, et cuisine contemporaine jamaïcaine.

EITS Cafe

Perché sur le rebord d’une vallée brumeuse, ce restaurant à la fois hippy et chic offre des vues incroyables et des plats jamaïcains à la touche européenne (soupe janga aux écrevisses).

S’y rendre : WestJet dessert Kingston, (Jamaïque) deux fois par semaine au départ de Toronto.

Finger Lakes, État de New York

Pourquoi y aller? La région de Finger Lakes, à cinq heures de route au nord de New York, est connue pour sa beauté naturelle depuis longtemps mais elle est aussi chargée de l’histoire des droits civils et a des vignobles et des fromageries qu’on peut visiter.

Les caves à vin de Dr. Konstantin Frank

Parc historique des droits des femmes

En juillet 1848, Elizabeth Cady Stanton, militante des droits des femmes, et un groupe de pionnières, se réunirent à Seneca Falls pour exposer leurs griefs et demander l’égalité des femmes. On peut visiter ces endroits historiques : la maison de Stanton sur Washington Street et l’emplacement de Wesleyan Chapel, là où fut signée la Déclaration des sentiments, demande officielle du droit de vote pour les femmes.

Alliance fromagère de Finger Lakes

Ce consortium du fromage représente 12 fermes laitières et crèmeries qui fabriquent le meilleur fromage artisanal de la région. Sept d’entre eux proposent des visites toute l’année, dont Engelbert Farms, une ferme certifiée bio, et Side Hill Acres, spécialisée en fromage de chèvre. Au Finger Lakes Cheese Festival annuel (28 juillet) : fromages au lait de vache ou chèvre, plats locaux, promenades en charrette et concerts.

Parc historique national Harriet Tubman

Les esclaves fuyant vers le nord (fin du 18e – milieu du 19e siècle) par le chemin de fer clandestin, un réseau secret d’antiesclavagistes et de refuges, s’arrêtaient dans la région de Finger Lakes, près de la frontière canadienne. Découvrez à son ancienne résidence d’Auburn la vie de Harriet Tubman, qui s’échappa en 1849 et retourna dans le Sud pour libérer 300 autres esclaves en tant que « chef de train ».

Les caves à vin de Dr. Konstantin Frank

Il y a cinquante ans que la région de Finger Lakes produit de l’excellent vin, depuis que Dr. Konstantin Frank a constaté que le climat frais convenait au raisin vinifera, cépage européen considéré comme le meilleur pour faire aussi bien du vin rouge que du blanc. Son vignoble reste en tête de liste du Riesling emblématique de la région, et offre des vues imprenables de Keuka Lake.

Parc d’état Watkins Glen

Ce parc de 778 acres abrite environ cinq kilomètres du sentier Finger Lakes (un vaste réseau de 1 541 km), 19 chutes, un sentier sinueux dans une gorge et 832 marches en pierre. À ne pas manquer. C’est au printemps que l’eau coule à flots et que la truite arc-en-ciel passe par Catharine Creek à proximité, mais allez-y à l’automne si vous aimez les feuilles multicolores. —Patty Lee

S’y rendre : WestJet dessert JFK à New York six fois par semaine au départ de Calgary et La Guardia 48 fois par semaine au départ de Toronto.

Belfast

Pourquoi y aller? Quartiers branchés, superbes espaces verts et base principale de Game of ThronesIl faut voir de près la transformation dramatique de Belfast.

Photo par spumador/iStock.

Belfast a tellement rajeuni depuis 20 ans que même ses résidents de longue date ont parfois du mal à la reconnaître. Au début du 20e siècle, la capitale de l’Irlande du Nord prospérait grâce à ses chantiers navals, où l’on construisait les navires de ligne les plus luxueux du monde (dont le RMS Titanic), mais elle s’est essoufflée à la fin des années 1960, au début d’un conflit sur le statut constitutionnel de la région qui dura trois décennies. Depuis la fin de ce qu’on appelle les « Troubles » dans les années 1990, Belfast a récupéré et son centre-ville compact abrite maintenant des musées de calibre mondial (ne manquez pas le Titanic Belfast Museum), des restaurants étoilés Michelin, des anciens bâtiments reconvertis… et des dragons.

C’est dans cette ville, qui est située sur la côte nord-est de l’Irlande, mais fait partie du Royaume-Uni, qu’on tourne la série lauréate de HBO Game of Thrones ou GOT (Le Trône de fer) depuis sept ans. En plus d’être le quartier général de la production de l’émission télévisée, l’Irlande du Nord représente des lieux comme l’île Iron et le château Winterfell. Comme la dernière saison sera diffusée fin 2018, c’est l’année pour visiter ses paysages magiques.

Katrina Doran est née en Irlande du Nord et fait partie de l’équipe de maquillage des trois dernières saisons. Elle s’est déplacée autour de Belfast et dans la campagne irlandaise pour mettre des prothèses à des cascadeurs, vérifier la longueur de la barbe des figurants et appliquer du maquillage correspondant à la couleur de la boue près de Saintfield, où une bataille épique de la saison 6 fut filmée. Voici en partie pourquoi Katrina pense que c’est l’année pour visiter Belfast :

L’allure de la ville

« Belfast a quelque chose de particulier. [La plupart des] gens qui vivent ici sont de l’Irlande du Nord et s’y sentent chez eux. Peu importe d’où vous venez, les gens d’ici feront de leur mieux pour que vous vous sentiez les bienvenus. Ils adorent montrer leur ville car elle revient de très loin. »

Lieux de tournage de GOT

« Presque tous les intérieurs ont été filmés aux Titanic Studios à Belfast et les extérieurs, un peu partout en Irlande du Nord. Le lieu célèbre est Dark Hedges [Kingsroad dans la série], à environ 40 minutes de Belfast. C’est un endroit si particulier où tous les arbres se penchent au-dessus de la route. »

Friandises époustouflantes

« Co Couture est une chocolaterie sur Chichester Street. Tout est fait sur place et le parfum du chocolat est incroyable dès qu’on entre. C’est mon havre de bonheur. On peut prendre un chocolat chaud avec de la crème et des guimauves fraîches. »

Pub mémorable

« Le Crown Bar est une propriété du National Trust et fait de l’excellent ragoût irlandais. On commande une délicieuse Guinness car on y en sert beaucoup et elle doit couler sans arrêt du fût pour en obtenir la meilleure chopine. »

Achats classiques

« Avoca offre de magnifiques couvertures en laine, des cadeaux, des petits livres et des bibelots. Primark, un magasin de l’Irlande du Nord, est dans une ancienne banque et on peut donc y acheter des vêtements en contemplant l’admirable architecture. »

Vues admirables

« Montez à Cave Hill à pied, au-dessus du château de Belfast, un bâtiment historique. Une fois au sommet, on peut voir tout Belfast, les chantiers navals, les deux grues jaunes emblématiques de Harland & Wolff, et jusqu’à l’estuaire, le Belfast Lough. »

Lieux de prédilection des acteurs de GOT

« On peut être en train de déguster un repas de cinq services à OX [restaurant] et des acteurs de GOT peuvent être assis à côté. J’ai aussi vu [des acteurs] à Victoria Square, mais c’est dur de les reconnaître sans leur costume. »—Mandy Savoie

S’yrendre : WestJet dessert Dublin une fois par jour au départ de St. John’s à partir du 29 avril.

Gaspésie

Pourquoi y aller? Parfois oubliée dans un pays comptant de nombreuses routes panoramiques, la Gaspésie est un lieu de rencontre des montagnes et de la mer. Un voyage de cinq jours et 800 kilomètres pour en faire le tour en voiture vous permet d’admirer des espaces boréaux sauvages. Voici les points saillants le long du trajet :

Photo par Jean-Pierre Huard/Tourisme Gaspésie

Un aperçu de la vie de village

Arrêtez-vous au village de Kamouraska pour voir les maisons aux couleurs vives et les églises surmontées de clochers. Achetez de l’art ou des spécialités culinaires de la région et laissez votre appétit décider : des pâtisseries de la Boulangerie Niemand ou de la charcuterie de saison de Côté Est?

Au paradis des oiseaux

Le Rocher Percé, juste au large de la ville de Percé, est un point d’intérêt emblématique de la région. Un bateau vous fera voir de près le monolithe en calcaire et vous laissera à l’île Bonaventure où vous pourrez faire une randonnée pour observer de très près plus de 100 000 fous de Bassan qui vivent ici de mai à octobre.

Randonnée au bout du monde

Vous pouvez explorer le parc national Forillon depuis l’eau (kayak de mer, plongée avec tuba ou observation des baleines) puis voir le même territoire du haut en empruntant un sentier qui vous amène à la tour d’observation du Mont Saint-Alban. Votre récompense? De vastes vues de l’extrémité est des Appalaches qui dégringolent dans le golfe du Saint-Laurent.

Sur la route des phares

Des dizaines de phares, dont beaucoup avec un passé et des aires de pique-nique uniques, bordent la route. Arrêtez-vous par exemple à Pointe-à-la-Renommée pour photographier la tour rouge classique et découvrir la vie des gardiens lorsqu’un phare aidait les marins à s’orienter.

Visite de Gaspé

À Gaspé, vous pouvez explorer la culture et l’histoire de la région au Musée de la Gaspésie, mais également comprendre le point de vue des premiers habitants au Site d’interprétation Micmac de Gaspeg. Des promenades guidées dans un village de la fin du 17e siècle révèlent le mode de vie innovateur des Mi’gmaq.

Une folie à faire

Tout a bon goût après une randonnée mais le Gîte du Mont-Albert monte la barre. Sise dans les magnifiques montagnes du parc national de la Gaspésie, cette auberge de Parcs Québec propose une fine cuisine contemporaine et régionale, notamment des médaillons de wapiti avec bacon maison et gelée de cèdre. Pas besoin de bœuf Stroganov déshydraté. —Karan Smith

S’y rendre : WestJet dessert Québec sept fois par jour au départ de Toronto et Montréal.

Costa Rica

Pourquoi y aller? Grâce à un nouveau sanctuaire, il est plus aisé de voir des paresseux.

Photo par Jon G. Fuller, VWPics/Alamy

L’écosystème du Costa Rica abrite une faune abondante, dont deux des six espèces de paresseux : paresseux de Hoffman à deux doigts et paresseux à gorge brune à trois doigts. Pour vous approcher de ces trésors nationaux, réservez au Nayara Resort, Spa & Gardens ou au Nayara Springs. Situés en bordure du parc national du Volcan Arenal, ces hôtels ont récemment planté 300 arbres à cécropia (où le papillon du même nom s’alimente) sur leur terrain, et 15 paresseux y ont élu domicile. —Diane Bolt

S’y rendre : WestJet dessert Liberia neuf fois par semaine au départ de Calgary et Toronto, et San Jose deux fois par semaine au départ de Toronto.

Hamilton, Ont.

Pourquoi y aller? Hamilton se réinvente à un rythme effréné. En tête, une gastronomie alimentée par des « boomerangs » (Hamiltoniens partis et revenus), des chefs et des restaurateurs qui veulent s’établir loin de l’immobilier exorbitant de Toronto. Voici 10 plats qui valent la visite  de la ville de l’acier.

Aberdeen Tavern, photo par John Fraser

Pain perdu fourré de gâteau au fromage de Aberdeen Tavern

Situé dans une ancienne banque (avec salle forte en acier), cet élégant restaurant est achalandé, surtout pour le brunch. Il faut goûter le pain perdu fourré de gâteau au fromage : sucré et croustillant, à base de brioche et garni de compote de fraises, de Chantilly et de miettes de biscuit graham au beurre noisette.

Gnocchis à The French

À en croire les médias sociaux, on penserait que cet élégant bistro du centre-ville ne sert que des gnocchis. Le menu propose bien d’autres plats appétissants, mais ces tendres bouchées se distinguent car elles sont à base de ricotta et non pas de pomme de terre, et surmontées de truffe, Parmesan et champignons.

Pizza Monte Pollino de Born and Raised

Le chef Vittorio Colacitti a étudié l’art de la pizza à Rome, ce qui explique peut-être pourquoi ses créations sont divines. La Monte Pollino est garnie de joues de porc (cuites dans la graisse d’oie), d’ananas rôti et de habaneros marinés. La fermentation de la pâte donne une croûte délicieuse légèrement acidulée.

Tacos au chou-fleur croustillant de Mezcal

Rassasiez-vous de tacos et de tequila dans ce petit restaurant populaire sur James Street South, une rue branchée. Les végétariens et les carnivores adorent les tacos au chou-fleur croustillant agrémentés de menthe, salsa tomatillo-avocat, fromage cotija, minces lamelles de daikon et crème à la lime.

Burger Venice nocturne de HAMBRGR

Un bon choix de dernier repas, même si vous devez faire la queue à HAMBRGR, ce qui n’est pas rare. Ce burger tout bœuf de la région est couronné de tomates marinées aux fines herbes, mozzarella, roquette, oignons caramélisés, aïoli au pesto et réduction de balsamique.

Plat canadien de brunch à Cannon Coffee Co.

Ce petit resto décontracté dans l’est qui sert surtout du café et le petit déjeuner s’est fait une réputation de star lorsque le réalisateur Guillermo del Toro s’y est arrêté durant un tournage et a gazouillé : « Meilleures gaufres, les plus moelleuses et fraîches! ». Elles partagent la vedette sur l’assiette avec du cheddar, du bacon et deux œufs pochés.

Poke bowl classique de Pokeh

On trouve des poke bowl partout au pays mais Pokeh, qui n’était qu’un kiosque au marché de Hamilton, a été le premier à se spécialiser dans ce plat hawaïen. Pokeh a maintenant aussi un restaurant sur Concession Street et le bol incontournable contient thon, oignons verts et blancs, concombre, graines de sésame et noix macadamia.

Escalope viennoise du Black Forest Inn

Le Black Forest Inn assume un menu et un décor vieille école à peu près inchangés depuis 1967. L’escalope est populaire depuis longtemps. Elle est croustillante à point, bien assaisonnée et si grande qu’elle éclipse l’assiette. Commandez-la avec des spätzles (pâtes allemandes).

Nachos-sushi à Nique Restaurant

À quelques pas de James Street North, ce rendez-vous des gens du coin au décor funky décrit son menu comme une « mosaïque culturelle ». À preuve, les succulents nachos d’inspiration japonaise présentant du thon en dés sur des carrés de pâte à won-ton frits, sans oublier le gingembre mariné, l’avocat, les chilis et la mayo épicée.

Mulligatawny au poulet à The Burnt Tongue

Les gens de la ville se rendent surtout au petit resto du centre-ville pour son menu variable de superbes soupes. Toutes délicieuses, mais c’est la mulligatawny au poulet qui se démarque. Il pourrait y avoir une manifestation si cette crème parfumée au curry était supprimée du menu. —Michele Sponagle

S’y rendre : WestJet dessert Hamilton 19 fois par semaine au départ de quatre villes canadiennes and deux villes américaines.

Glasgow

Pourquoi y aller? Cette année marque le 150e anniversaire de naissance de Charles Rennie Mackintosh, un architecte dont les bâtiments font la renommée de la plus grande ville d’Écosse. Toute l’année, des événements, causeries et expos célèbrent son héritage. Voici cinq endroits qu’il faut visiter pour comprendre son influence.

Kelvingrove Art Gallery and Museum, photo par Travellinglight/Alamy

Kelvingrove Art Gallery and Museum

Demandez à des Glaswegiens de nommer leur édifice favori en ville et ils seront nombreux à indiquer la structure baroque espagnole en dans le West End. Elle n’est pas de Mackintosh mais abrite la plus grande expo permanente consacrée à son œuvre, et on y présentera en 2018 des conceptions qui n’ont pas été vues depuis une génération.

Glasgow School of Art

Bâti en deux étapes entre 1897 et 1909, le chef-d’œuvre de Mackintosh a été ravagé par un feu en mai 2014 mais est en cours de restauration. L’intérieur est fermé pour remise en état mais on peut se rendre au centre d’accueil du lieu et à la Mackintosh Furniture Gallery. Observez un petit style Scottish Baronial par ici, un détail architectural japonais par-là, et comprenez davantage pourquoi on considère Mackintosh comme un génie.

The Lighthouse, Scotland’s Centre for Design and Architecture

Le Scotland’s Centre for Design and Architecture est la première commande publique exécutée par Mackintosh (en 1895). Mélange d’ancien et de nouveau, il compte quatre étages de lieux d’exposition qui servent de catalyseurs à la génération suivante de créateurs. C’est ici que vous trouverez la Mackintosh Tower, une galerie d’observation offrant des vues imprenables des toits de Glasgow.

The Hunterian Art Gallery

Cette installation où l’on visite la maison du concepteur qu’il habita de 1906 à 1914, recréée brique par brique, au musée phare de l’Université de Glasgow est l’ultime hommage à Mackintosh. Tout a été conçu par lui : les meubles, le foyer, l’escalier, les fenêtres, les portes, les luminaires et les installations.

The Mackintosh Church at Queen’s Cross

Mackintosh s’est fait la main à des maisons, des manoirs et des écoles, mais seulement une église. Transformé en centre des arts et siège de la Charles Rennie Mackintosh Society, ce sanctuaire est connu pour ses vitraux, sa maçonnerie en pierre et ses sculptures sur bois en relief. La lumière et l’espace sont amplifiés au maximum. —Mike MacEacheran

S’y rendre : WestJet dessert Glasgow une fois par jour au départ de Halifax à partir du 29 avril.

Les grandes villes de l’Alberta

Pourquoi y aller? Edmonton et Calgary ont toutes deux énormément investi dans l’infrastructure et les arts, ce qui s’est traduit par des inaugurations et des développements emballants. Voici pourquoi elles figurent sur notre liste.

Edifice Simmons, East Village

Edmonton

Royal Alberta Museum

En début d’année, le Royal Alberta Museum, plus grand musée de l’Ouest canadien, ouvrira au centre-ville les portes de son nouvel édifice impressionnant de 375 millions de dollars, presque deux fois plus grand que l’ancien. On y trouve de tout, de l’histoire militaire et politique à l’archéologie et la géologie particulières de la province, et notamment la plus grande collection publique d’artefacts de la traite des fourrures des postes de la Compagnie de la Baie d’Hudson et de la Compagnie du Nord-Ouest dans l’Ouest canadien, certains remontant à 1790.

Funiculaire

La vallée de la rivière à Edmonton, si prisée par ses habitants, est maintenant plus accessible grâce au nouveau funiculaire à câble et cabines en verre qui relie la vallée au bord du centre-ville et peut accueillir 20 personnes a la fois. Le trajet débute en haut de la rive, juste au sud de l’hôtel Fairmont Macdonald, et se poursuit jusqu’à une promenade surplombant la vallée, environ à mi-chemin. De là, un pont mène à un belvédère offrant des vues de la rivière et du centre-ville.

Jardin Aga Khan

Ce grand jardin inspiré par l’Islam (l’un des deux seuls en Amérique du Nord) ouvrira au printemps au Jardin botanique de l’Université de l’Alberta, en périphérie de la ville. L’inauguration devrait coïncider avec les célébrations du Jubilé de diamant de l’Aga Khan (le chef spirituel héréditaire de la communauté ismaélienne) plus tard cette année. Ce jardin serein de 12 acres mettra en valeur plantes indigènes, sentiers forestiers isolés, pièces d’eau, zones humides et ouvrages en pierre, dont une cour centrale appelée chahar bagh.

District ICE 

L’immense district ICE de 25 acres consacré aux sports et aux spectacles au centre-ville a finalement vu le jour en 2016 avec l’inauguration du stade Rogers Place, la nouvelle installation à la fine pointe des Oilers d’Edmonton. Il y a aussi une foule de magasins et de restaurants, et une place publique animée pour les événements et les festivals.

S’y rendre : WestJet dessert Edmonton 58 fois par jour au départ de 16 villes canadiennes, sept villes américaines et cinq villes internationales.

Calgary

Pistes urbaines

Calgary possède déjà le plus vaste réseau de pistes urbaines en Amérique du Nord (600 km), mais le nouveau trajet Rotary/Mattamy Greenway de 138 km fait tout le tour de la ville, relie 55 quartiers et est la piste polyvalente urbaine la plus longue du monde. Les visiteurs peuvent profiter des pistes de marche, de vélo et de ski de fond ou explorer les nombreuses zones humides et nombreux parcs, dont le parc provincial Fish Creek.

Zoo de Calgary

Le zoo de Calgary accueillera quatre nouveaux résidents en mai. Les quatre pandas géants, soit deux adultes (Da Mao et Er Shun) et deux petits (Jia Panpan et Jia Yueyue) ont été prêtés par la Chine et habiteront pendant cinq ans dans le nouvel habitat Panda Passage. C’est une grosse affaire pour le zoo, car on n’y a pas vu de pandas depuis les Jeux olympiques d’hiver en 1988.

East Village

Depuis quelques années, cet ancien quartier difficile du centre-ville a été entièrement transformé. Le nouveau Studio Bell, qui abrite le centre national de musique et présente des collections et des expositions sur l’histoire de la musique au Canada, est un point central du quartier. L’île St. Patrick, une vaste oasis urbaine avec installations d’art public, amphithéâtre extérieur, anse pour pêcher et terrains de jeux, attire aussi les habitants et les visiteurs. East Village continuera de se développer tout au long de 2018. Le premier hôtel Alt de la ville y ouvrira ses portes au printemps. —Sara Samson

S’y rendre : WestJet dessert Calgary 118 fois par jour au départ de 24 villes canadiennes, 12 villes américaines et 13 villes internationales.

Denver

Pourquoi y aller? Des années durant, les voyageurs ont traversé Denver pour se rendre à des centres de ski chic. Or, l’économie prospère en a fait une destination touristique incontournable offrant une abondance de restaurants, d’attractions et d’activités de plein air.

Photo par Kevin Hester/Denver Art Museum

Quartiers

River North (RiNo)

Ancien centre industriel juste au nord du centre-ville, le quartier River North regorge d’artistes occupant des lofts d’usines transformées, de galeries d’art uniques en leur genre comme la Plinth Gallery axée sur la céramique, et de murales multicolores inspirées de graffitis. Commencez la soirée par des viandes rôties au bois de chêne et des pâtes maison à Acorn, écoutez ensuite du jazz à Nocturne, un bar chic, et terminez par un verre de vin à The Infinite Monkey Theorem, une vinerie locale.

Lower Highlands (LoHi)

En face du centre-ville de l’autre côté de la rivière South Platte, Lower Highlands est un quartier où il fait bon marcher dans les rues bordées, de maisons victoriennes, de restaurants et de bars. Admirez la ligne d’horizon en savourant des tapas d’inspiration méditerranéenne à El Five, dégustez une coupe glacée à Little Man Ice Cream ou réservez chez Williams & Graham, un bar connu pour ses cocktails maison comme The Blurb (whisky, aux bleuets, jus de citron et Velvet Falernum).

Lower Downtown (LoDo)

Au cœur de Denver, le plus vieux quartier aux larges trottoirs est peuplé d’entrepôts historiques en brique rouge et de boutiques. Visitez les expos expérimentales en mouvance au Museum of Contemporary Art, faites les boutiques de Larimer Square, comme Cry Baby Ranch au thème Western, et jouez au billard avec des amis à Wynkoop Brewing Company. Goûtez des plats réconfortants haut de gamme à Mercantile Dining & Provision et des cocktails au Terminal Bar, tous deux à Union Station, la gare récemment rénovée.

Expérience caractéristique

Denver possède un centre d’art de renommée mondiale : le Denver Art Museum (DAM). Situé dans le quartier Golden Triangle juste au sud du centre-ville, le musée se trouve dans deux bâtiments conçus par deux architectes de renom : l’Italien Gio Ponti et le Polono-Américain Daniel Libeskind. Le DAM propose un mélange éclectique, dont des peintures de Pablo Picasso, Claude Monet et Georgia O’Keeffe, la meilleure collection d’art précolombien et colonial espagnol aux É.-U., ainsi qu’une collection d’art amérindien comprenant vêtements, verrerie et poterie de presque chaque tribu d’Amérique du Nord.

Une histoire de bière

Grâce au siège social de Coors Brewery aux confins de la ville depuis longtemps et au Great American Beer Festival annuel, Denver est devenue la vallée Napa de la bière. Wynkoop Brewing Company, la première brasserie artisanale, a ouvert en 1988. La région métropolitaine compte maintenant plus de 100 bistros-brasseries et bars. Parcourez à pied certains des quartiers Ballpark et River North et goûtez aux bières de Jagged Mountain Craft Brewery, Ratio Beerworks et Epic Brewing Company.

Nouveau train vers les montagnes

Envie de voir les montagnes? Réservez une place à bord du Amtrak Winter Park Express qui part de Union Station au centre-ville de Denver et vous amène au pied du Winter Park Resort. Offert la fin de semaine de janvier à mars, le voyage de deux heures vous permet d’éviter la circulation et de voir du paysage. —Megan Barber

S’y rendre : WestJet dessert Denver une fois par jour au départ de Calgary à partir du 8 mars 2018.

Bristol

Pourquoi y aller? Avec sa cadence impressionnante pour produire à la chaîne des artistes visionnaires et des ingénieurs révolutionnaires, la plus grande ville du sud-ouest de l’Angleterre est une incontournable pour ceux en quête d’inspiration.

Photo par Jon Craig.

Assis devant le café Little Victories, je sirote un flat white dans une petite tasse bleue en regardant une rangée de conteneurs en acier luisant. Le quartier historique Floating Harbour de Bristol, la plus grande ville du sud-ouest de l’Angleterre, était auparavant une ruche crasseuse d’activités portuaires où l’on ne s’aventurait pas.

Aujourd’hui, c’est un réseau de canaux bordés de musées, galeries et petits commerces qui vendent aussi bien des tablettes de chocolat artisanal que des meubles faits de cartes logiques. Et les conteneurs? Ils abritent le nouveau CARGO 2, un carrefour branché de restaurants et de boutiques d’artisans.

Je suis tombé amoureux de Bristol il y a 15 ans. Intéressé par Banksy, le mystérieux artiste de rue originaire de la ville, je suis allé voir l’art provocateur qu’il peignait au pistolet sur les murs. J’y suis retourné souvent et j’y ai trouvé à chaque fois une communauté de 450 000 personnes qui ne reste jamais en place.

Avant-gardiste mais encore un peu mal équarrie, Bristol a été nommé récemment première ville intelligente du R.-U. (en dehors de Londres) pour souligner ses entreprises de technologie créatives, la vague d’innovateurs numériques et l’accueil que l’on fait à ceux qui ont des idées ingénieuses.

De nos jours, Bristol et devenue une ville historique qui renouvelle constamment ses attractions :  des infos astucieuses sur écran tactile au sujet du port du 13e siècle dans le quartier récemment rénové de Underfall, la modernisation du plus vieux théâtre du R.-U. continuellement en production, le Bristol Old Vic, et Aerospace Bristol, le nouveau musée de l’aviation où l’on peut voir le légendaire Concorde.

À ne pas manquer non plus : M Shed, un bâtiment de chantier naval reconverti avec un musée éclectique axé sur la région qui présente des expos sur la série de modelage animé Wallace and Gromit (une autre création de Bristol). Juste à l’extérieur se trouve une reproduction du bateau Matthew qui emporta l’explorateur Jean Cabot à Terre-Neuve en 1497.

Cela nous rappelle que Bristol était innovatrice bien avant d’être nommée ville intelligente. C’est pourquoi l’ouverture en 2018 du tout dernier musée, Being Brunel, rendra hommage au génie d’Isambard Kingdom Brunel, qui au 19e siècle conçut des bateaux, des ponts et des chemins de fer tout en visant à inspirer les prochains visionnaires bristoliens.  —John Lee

S’y rendre : WestJet dessert Londres 10 fois par semaine au départ de Calgary et Toronto. 

WestJet Banner