Balade en voiture à Hawaï

Prenez le volant et découvrez Maui

Photo par Rachel Olsson

Vous rêvez de ce genre de balade par un dimanche ensoleillé? Rouler sur une route tranquille à deux voies menant aux flancs fertiles d’un ancien volcan qui, à presque à chaque tournant, s’ouvre sur un panorama de vertes vallées ou de grosses vagues du Pacifique. Je suis sur l’île de Maui, au volant d’une Chrysler moyenne de location en route pour le sommet du mont Haleakala. Je pars à la découverte de l’État d’Hawaï par la route. Si les plages de Maui sont idéales pour se détendre près de l’eau, il n’en est pas moins vrai que cette île représente l’un des plus beaux endroits des États-Unis pour les balades panoramiques.

Les terres intérieures

Laiterie Surfing Goat, photo par Alexandra Baackes

Je commence l’exploration de Maui par une balade à l’intérieur des terres.  À environ mi-chemin entre Wailuku, capitale de Maui, et le sommet de Haleakala, la région est extrêmement fertile avec une saison de croissance toute l’année grâce à un mélange d’une terre volcanique riche et de fréquentes précipitations.

En longeant l’avenue Baldwin, vision inhabituelle d’une longue file de camionnettes garées devant des magasins de style Far West : on dirait un patelin du Texas transplanté au cœur du Pacifique.

Je suis arrivé à Makawao où résident des cowboys (appelés paniolo) depuis le 19e siècle. Élevé dans le coin, le bœuf de l’intérieur de Maui est l’un des meilleurs du monde, et Makawao accueille encore un rodéo annuel le 4 juillet. Je me gare près d’une camionnette pour visiter les galeries et musées de la ville, car la communauté des arts y est prolifique. Je m’arrête ensuite à T. Komoda Store & Bakery, magasin établi en 1916. Cette fameuse boulangerie populaire est connue pour ses choux à la crème qui sont engloutis par une foule d’affamés formant chaque matin une longue file d’attente.

Ravi d’avoir trouvé des pâtisseries, je poursuis ma recherche d’autres trésors gastronomiques dans ce coin du pays. Je traverse les pentes du mont Haleakala sur la route 37, la fameuse route Kula qui n’est pas particulièrement longue, mais les 25 kilomètres entre la ville de Pukalani et les vignobles Ulupalakua sont remplis de sites à visiter : jardins botaniques, ranchs, marchés et un nombre surprenant de restaurants.

En conduisant, j’essaie en vain de garder les yeux sur la route, mais je suis enchanté par les étendues vertes mystiques des montagnes de l’ouest de Maui, leurs sommets plus foncés enveloppés de nuages. Je tourne à droite vers la route Omaopio qui  m’amène à la laiterie Surfing Goat, où lesdits ruminants montent chacun à leur tour sur une planche de surf installée au milieu de leur grand enclos. « Elles aiment se percher », me dit un employé.  Après les avoir observées et nourries au foin, je m’attable pour déguster le fromage de chèvre.  Cette laiterie est plus qu’une ferme, elle fabrique et vend du fromage et d’autres objets dans son magasin (on peut aussi réserver une visite des lieux ou s’inscrire pour aider aux tâches de la ferme, par exemple la traite des chèvres).

En revenant sur la route 37, je repars vers les fermes de la région de Kula et je suis époustouflé par un stand de fruits, le plus gros que je n’aie jamais vu. J’en suis sûr. Le stand, une simple structure de bois recouverte de fruits et légumes semble ne pas pouvoir contenir l’abondance de la région. Des tables sous des tentes débordent partout au grand plaisir des clients.

Je prends oignons, papayes et confiture de fraises et ananas, et je termine mon excursion par une promenade à travers les immenses jardins, vergers et serres des O’o Farms, qui alimentent des restaurants à Lahaina, en bas de la montagne.

En route vers Hana

Arc-en-ciel sur la baie Paia, photo par Alexandra Baackes

Le lendemain, je me dirige vers le point le plus reculé de l’île sur la route Hana, la plus élevée de Maui, qui vire et tourne sur plus de 100 kilomètres. Elle commence à Kahului, mais n’est dans toute sa splendeur qu’après Paia, ville côtière genre hippie. Les énormes vagues déferlant dans la baie Paia sont parmi les plus grandes du monde pour faire du surf.

Depuis Paia le mince ruban de route passe sous une canopée de forêt tropicale qui la couvre presque entièrement. Vue du haut, la route Hana ressemble à un serpent de dessin animé, s’enroulant sur les contours de l’île; une route sinueuse qui compte 620 virages et 59 ponts, dont beaucoup d’entre eux, à une seule voie.

Je passe en voiture sous une densité d’eucalyptus et de bambous et à chaque tournant, je découvre un nouveau panorama : plage tranquille, champ de taro ou chute d’eau escarpée. À mi-chemin, au bord de la route, je m’arrête à un stand appelé Halfway to Hana (à mi-chemin vers Hana), pour manger un hot-dog et une glace. En continuant la route sur la droite, je m’habitue à ses rythmes et règles distinctes, par exemple l’étiquette permettant de traverser les ponts à une seule voie : s’arrêter à la ligne blanche et s’il n’y a personne, accélérer à fond.

Finalement, j’émerge de l’autre côté de l’île, en passant par Pua’a Ka’a State Wayside, un endroit populaire pour nager les jours de chaleur. Hana n’est qu’à quelques minutes et, une fois arrivé, j’ai l’impression d’avoir voyagé non seulement toute la journée, mais aussi d’avoir remonté le temps. Je me promène dans la minuscule ville s’étendant sur une seule rue. Le magasin d’alimentation, un peu délabré, vend des t-shirts indiquant que Hana est « loin de Waikiki ».

Je suis bien d’accord. À Hana, on a l’impression d’être vraiment ailleurs.

Trésors cachés

Surfeurs sur Grandma’s Beach, photo par Rachel Olsson

Ma dernière balade en voiture sera pour les plages paradisiaques de l’ouest de Maui. En quittant Lahaina, je prends la route Honoapiilani. Les montagnes à ma droite avec leurs sommets dans les nuages, les grands hôtels de Kaanapali à ma gauche, je tourne vers la mer et quitte la route principale.

Je longe la côte vers le nord, me repaissant de l’ambiance de la route basse Honoapiilani, plus calme et panoramique, à peine assez large pour laisser passer les nombreux camions chargés à bloc de planches de surf. Je pourrais facilement la parcourir en moins d’une demi-heure, mais l’attrait des nombreuses plages que je rencontre ralentit mon allure.

En suivant les recommandations de plusieurs habitants, je m’arrête au légendaire parc Pohaku, qu’on appelle « S-Turns », ou « virage en S », à cause d’un dangereux virage en S qui a été redressé depuis. Comme je me promène le long de la minuscule plage en forme de croissant, le bruit de gens qui causent en riant et l’arôme de crevettes grillées montent jusqu’à moi pendant que je regarde les déferlantes et les surfeurs juchés en équilibre.

Un peu plus loin, j’arrive à garer ma voiture dans un tout petit créneau sur une longue file de véhicules en bord de route, et je suis la foule jusqu’à la baie Napili. Je m’assois parmi les amateurs de soleil et me détends sur cette grande étendue de sable bordée de roches volcaniques noires. Des gens debout sur des planches à bras pagaient dans les eaux calmes et turquoise, alors que quelques tubas pointent à la surface de temps à autre.

Je suis heureux de pouvoir admirer ce paysage parfaitement typique de Maui.

S’y rendre : WestJet dessert Maui six fois par semaine au départ de Vancouver.


Autres excursions par la route à Hawaï

La route des cratères, photo par Hawaii Tourism Authority/Tor Johnson

La Grande Île (Île Hawaï)

La route des cratères au sein du parc national des volcans d’Hawaï, porte bien son nom. Elle joue à saute-mouton entre les merveilles géologiques, d’une falaise volcanique et ses cratères, à un pont naturel près de la mer. Il vaut mieux prendre son temps pour parcourir ces 30 km. Réservez-vous au moins une demi-journée, car vous vous arrêterez en chemin pour admirer les champs de cendres et les endroits de la route couverts par la lave chaude liquide, ayant laissé de la roche noire dans son sillon. On peut parfois voir la lave couler depuis Kilauea, mais sinon, garez-vous près du musée Jaggar au coucher du soleil pour apercevoir la lueur qui se reflète sur un lac de lave tout près.

Kauai

Longeant la côte sud de Kauai baignée de soleil sur un peu plus de 30 km, la route panoramique Holo Holo Koloa présente une dizaine d’arrêts qui en valent la peine : Old Koloa Town avec ses bâtiments de style plantation préservés dans la charmante rue principale longée de magasins, et le jardin botanique tropical national. Juste au-delà de cette route, à environ 35 minutes de Poipu, la route Kokee (une partie de la route 550) offre plusieurs points de vue pour admirer les nombreuses teintes du Waimea Canyon. Formé pendant des millions d’années, Waimea, le « Grand Canyon » du Pacifique, avec ses rouges, verts et mêmes bleus profonds, s’est frayé un chemin sur plus de 22 km à travers l’île Kauai.

Oahu

À une heure de Waikiki, la côte nord d’Oahu demeure sauvage : plages naturelles et souvent vides, surf prestigieux à Sunset Beach, la vague cylindrique ou Banzai Pipeline, et des communautés dont les pancartes qui se trouvent sur la route Kamehamaha nous exhortent à « préserver la campagne », message clair des résidents désirant maintenir le charme tranquille de ce côté de l’île. Arrêtez-vous au camion-resto légendaire Giovanni’s Shrimp Truck, ou au Kualoa Ranch, où de nombreux films célèbres ont été filmés, comme Jurassic Park, tout comme la baie Kawela, cachée près de la route, et montrée dans Hunger Games : L’embrasement en substitution du champ de bataille Panem.

WestJet Banner